Un budget 2020 ambitieux au service des missions de l’Université

Le Conseil d’administration du 6 décembre a adopté le budget et la campagne d’emplois 2020, les derniers du mandat en cours de la présidence soutenue par la majorité AGIR.

Ce budget, tout en veillant à préserver les équilibres financiers pour les années à venir, relève de choix politiques majeurs traduisant non seulement les divers projets que nous avons souhaité porter et soutenir, mais, plus encore, une vision de l’Université et de son avenir. Le budget 2020 traduit la politique menée depuis le début de la mandature visant à corriger une situation où l’établissement n’arrivait souvent plus à soutenir ses activités quotidiennes ni à anticiper l’avenir. Il prolonge le rééquilibrage entre les composantes, le soutien aux unités de recherche et le renforcement des équipes pour permettre le déploiement des projets des composantes et laboratoires. Il s’inscrit dans la vision que nous portons depuis le début du mandat : le budget est un outil pour donner à l’université les moyens d’assurer dans les meilleures conditions ses missions auprès des étudiant.es et de la société, dans le domaine de la formation et de la recherche. Cela se décline dans les trois volets du budget : la campagne d’emploi, qui doit servir le dynamisme des équipes et la qualité de nos activités ; le budget de fonctionnement, qui soutient l’activité quotidienne de l’ensemble de l’établissement ; les investissements, pour améliorer les outils et les conditions d’études et de travail à université.

Une nouvelle campagne d’emploi ambitieuse

La mise en œuvre d’une politique d’emploi s’opère nécessairement sur plusieurs années. Ainsi, les grandes orientations du mandat se poursuivent dans la campagne d’emplois 2020. Depuis 2016, la masse salariale de notre établissement a crû de 7%. En termes plus concrets, cela s’est traduit par la création nette de 32 postes de BIATSS et de 8 postes d’enseignant.es et enseignant.es-chercheur.es. Les postes BIATSS créés de 2017 à 2019 ont permis le renforcement de services exsangues ou en sous-effectif, renforcement indispensable pour tout un ensemble de mises à niveau ou de nouveaux projets (par exemple dans le domaine de l’immobilier, de l’informatique, de l’accompagnement des personnels, de la santé et de la vie étudiantes).

Cette consolidation opérée, les marges d’action ont été prioritairement fléchées en 2020 sur la campagne d’emplois enseignant.es et enseignant.es-chercheur.es. Par ailleurs, tout en veillant à la préservation des disciplines rares et des domaines de spécialité de l’établissement, des redéploiements ont été opérés entre composantes, depuis le début du mandat, en vue d’un rééquilibrage des taux d’encadrement, et donc des conditions d’études et de travail, au sein de l’établissement. Dans le même temps, le choix fait en 2019 de doubler le nombre de CRCT attribués localement a été reconduit pour 2020. On sait qu’il s’agit là d’un dispositif essentiel dans la carrière des enseignant.es-chercheur.es.

Cet accent très fort mis sur la politique d’emploi s’est aussi traduit par une résorption importante de la précarité – il s’agissait d’un axe fort du projet présenté par AGIR en 2016. Cela passe par l’ouverture de concours chaque année dans la campagne d’emplois. Cela passe également par un effort constant pour limiter le nombre de temps incomplets, en mettant prioritairement des temps pleins au recrutement et en augmentant les quotités de travail des agent.es dès que cela est possible (baisse de 41% du nombre de temps incomplets parmi les personnels BIATSS en 4 ans).

Un soutien aux projets de la communauté et aux initiatives des composantes et laboratoires

En 2016, nous avons fait le diagnostic qu’il existait dans le budget des marges de manœuvre non utilisées. L’objectif de l’université n’étant évidemment pas d’épargner sur sa dotation, il nous semblait indispensable d’utiliser pleinement les ressources de l’établissement pour mieux accompagner ses étudiant.es, pour faire vivre sa formation et ses activités scientifiques. La Présidence AGIR a respecté cet engagement et le budget 2020 vient stabiliser cette tendance. Sur la mandature, le budget de fonctionnement de l’établissement aura ainsi progressé de près de 40%.

Cette augmentation a permis de mieux doter les unités de recherche. Le budget qui leur est consacré augmente en 2020 pour la troisième année consécutive. Depuis 2017, l’accroissement de la dotation des laboratoires aura ainsi été de 27%. C’est là un choix décisif, celui de permettre aux unités de recherche de garantir leurs activités régulières par un financement récurrent suffisant. Si l’Université encourage et accompagne les réponses aux appels à projets en vue de bénéficier de financements complémentaires, elle entend aussi assurer à l’ensemble de ses chercheur.es les moyens de mener à bien des travaux qui ne trouvent pas nécessairement ou pas immédiatement de sources de financement extrabudgétaires. Pour autant, l’établissement encourage les initiatives à travers la consolidation du budget consacré aux appels à projets internes et à l’organisation de manifestations scientifiques.

Le renforcement du fonctionnement permet également de soutenir les initiatives des UFR et instituts. Depuis 2016, les budgets successifs ont permis de mettre en œuvre de nombreux projets portés par les équipes pédagogiques, au service de l’amélioration de l’accueil et de la formation des étudiant.es. Les composantes porteuses de tels projets ont ainsi vu leur budget de fonctionnement augmenter au cours des trois dernières années (jusqu’à + 60%). En 2020 encore, le budget de l’établissement permet de répondre aux besoins exprimés par les composantes pour soutenir les initiatives spécifiques à leurs formations et domaines disciplinaires. Il garantit aussi l’amélioration des conditions d’études et de travail pour tou.tes à travers le financement de projets portés à l’échelle de l’établissement. L’accent a notamment été porté cette année sur l’aide sociale en direction des étudiant.es, les activités culturelles et l’internationalisation des formations.

Investir pour améliorer les conditions de travail et d’études

Le budget 2020 poursuit la politique d’investissement massif de l’établissement, qui nous permet non seulement d’améliorer les conditions d’étude et de travail, mais également de préparer l’avenir. Là où le budget 2017 prévoyait 5,6 millions d’euros d’investissements, le budget 2020 prévoit 21 millions d’euros. Ce ne sont pas seulement les projets de constructions sur le campus Porte des Alpes (Maison des sports, Learning Centre, Maison de la création…) ; ce sont aussi la rénovation du réseau wifi, l’équipement informatique des personnels, la réfection des cours intérieures du campus Berges du Rhône, la rénovation des amphithéâtres et l’équipement progressif des salles de cours (mobilier, audiovisuel, salles informatiques…), la rénovation des équipements sportifs, etc.

Ces opérations sont permises par le renforcement des équipes des services centraux qui possèdent désormais les forces et les compétences techniques adaptées pour mener à bien de tels projets, de manière durable. Elles permettent de développer des biens communs, des équipements qui bénéficient à l’ensemble des personnels et étudiant.es, quelle que soit la composante ou le service dont ils/elles relèvent.

Le budget 2020, et ceux qui l’ont précédé depuis 2016, traduisent des choix politiques qui bénéficient à l’ensemble de l’établissement. Ces orientations ont d’ailleurs été approuvées par la plupart des élu.es, indépendamment de leur liste d’origine : les budgets ont toujours été adoptés à une très large majorité du CA, notamment à l’unanimité des élu.es enseignant.es-chercheur.es (à l’exception d’une voix contre pour le budget 2020). La campagne électorale qui s’ouvre ne doit pas faire oublier cette adhésion commune à des projets qui ont permis, pendant quatre ans, un réel développement de l’Université Lumière Lyon 2.

En dépit d’une dotation (subvention pour charge de service public) et d’un financement moyen par étudiant.e qui restent insuffisants au regard des besoins de l’établissement, les budgets que la Présidence AGIR a proposé ces quatre années ont permis une amélioration sensible des conditions dans lesquelles sont menées les activités de formation, de recherche, de diffusion des savoirs et d’internationalisation de l’université. Nous aurons l’occasion, au cours des semaines qui viennent, de revenir sur l’ensemble des réalisations que cette politique a permises et les transformations profondes qu’elles ont initiées. Nous sommes convaincu.es qu’il faut poursuivre cette politique ambitieuse de soutien à l’activité de l’ensemble des équipes et d’investissement dans l’avenir de l’établissement.

La liste AGIR pour une université démocratique, ouverte et solidaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s