Réélection de N.Dompnier à la présidence de l’université

Lors du Conseil d’administration du 5 février 2021, Nathalie Dompnier, candidate des listes AGIR, à été élue Présidente de l’Université Lumière Lyon 2 pour un deuxième mandat.

Nathalie Dompnier a été élue au second tour avec 24 voix sur 35, 8 voix pour le candidat Guillaume Protière, 2 bulletins blancs et 1 bulletin nul.

Consultez sur l’intranet de l’université le détail des résultats et le mot de remerciement de N.Dompnier.

Élection des personnalités extérieures

Le Conseil d’administration (CA) de l’université est désormais au complet. En effet, en plus des administrateur/rices élu-es lors des élections de décembre 2020, il a été complété de huit personnalités extérieures, conformément aux statuts de l’université.

Parmi ces huit personnalités extérieures, trois sont désignées par les institutions qu’elles représentent :

Cinq autres personnalités sont élues par les autres membres du CA, suite à un appel à candidature public. Les candidat.es proposé.es ou soutenu.es par AGIR ont été élu.es :

Ces huit administrateur/rices jouent un rôle essentiel en ce qu’ils/elles représentent différents secteurs de la société. Nous sommes très heureux/ses de leur participation à notre CA et les remercions chaleureusement pour leur implication au service de notre université.

MERCI !

Les élections 2020 aux conseils centraux de l’Université Lumière Lyon 2 sont terminées. Les taux de participation sont élevés. Les électeur/rices des collèges A et B ont donné à notre liste la majorité des sièges de ces collèges dans les trois conseils !

Consultez le détail des résultats dans l’arrêté de proclamation des résultats.

Un budget 2020 ambitieux au service des missions de l’Université

Le Conseil d’administration du 6 décembre a adopté le budget et la campagne d’emplois 2020, les derniers du mandat en cours de la présidence soutenue par la majorité AGIR.

Ce budget, tout en veillant à préserver les équilibres financiers pour les années à venir, relève de choix politiques majeurs traduisant non seulement les divers projets que nous avons souhaité porter et soutenir, mais, plus encore, une vision de l’Université et de son avenir. Le budget 2020 traduit la politique menée depuis le début de la mandature visant à corriger une situation où l’établissement n’arrivait souvent plus à soutenir ses activités quotidiennes ni à anticiper l’avenir. Il prolonge le rééquilibrage entre les composantes, le soutien aux unités de recherche et le renforcement des équipes pour permettre le déploiement des projets des composantes et laboratoires. Il s’inscrit dans la vision que nous portons depuis le début du mandat : le budget est un outil pour donner à l’université les moyens d’assurer dans les meilleures conditions ses missions auprès des étudiant.es et de la société, dans le domaine de la formation et de la recherche. Cela se décline dans les trois volets du budget : la campagne d’emploi, qui doit servir le dynamisme des équipes et la qualité de nos activités ; le budget de fonctionnement, qui soutient l’activité quotidienne de l’ensemble de l’établissement ; les investissements, pour améliorer les outils et les conditions d’études et de travail à université.

Une nouvelle campagne d’emploi ambitieuse

La mise en œuvre d’une politique d’emploi s’opère nécessairement sur plusieurs années. Ainsi, les grandes orientations du mandat se poursuivent dans la campagne d’emplois 2020. Depuis 2016, la masse salariale de notre établissement a crû de 7%. En termes plus concrets, cela s’est traduit par la création nette de 32 postes de BIATSS et de 8 postes d’enseignant.es et enseignant.es-chercheur.es. Les postes BIATSS créés de 2017 à 2019 ont permis le renforcement de services exsangues ou en sous-effectif, renforcement indispensable pour tout un ensemble de mises à niveau ou de nouveaux projets (par exemple dans le domaine de l’immobilier, de l’informatique, de l’accompagnement des personnels, de la santé et de la vie étudiantes).

Cette consolidation opérée, les marges d’action ont été prioritairement fléchées en 2020 sur la campagne d’emplois enseignant.es et enseignant.es-chercheur.es. Par ailleurs, tout en veillant à la préservation des disciplines rares et des domaines de spécialité de l’établissement, des redéploiements ont été opérés entre composantes, depuis le début du mandat, en vue d’un rééquilibrage des taux d’encadrement, et donc des conditions d’études et de travail, au sein de l’établissement. Dans le même temps, le choix fait en 2019 de doubler le nombre de CRCT attribués localement a été reconduit pour 2020. On sait qu’il s’agit là d’un dispositif essentiel dans la carrière des enseignant.es-chercheur.es.

Cet accent très fort mis sur la politique d’emploi s’est aussi traduit par une résorption importante de la précarité – il s’agissait d’un axe fort du projet présenté par AGIR en 2016. Cela passe par l’ouverture de concours chaque année dans la campagne d’emplois. Cela passe également par un effort constant pour limiter le nombre de temps incomplets, en mettant prioritairement des temps pleins au recrutement et en augmentant les quotités de travail des agent.es dès que cela est possible (baisse de 41% du nombre de temps incomplets parmi les personnels BIATSS en 4 ans).

Un soutien aux projets de la communauté et aux initiatives des composantes et laboratoires

En 2016, nous avons fait le diagnostic qu’il existait dans le budget des marges de manœuvre non utilisées. L’objectif de l’université n’étant évidemment pas d’épargner sur sa dotation, il nous semblait indispensable d’utiliser pleinement les ressources de l’établissement pour mieux accompagner ses étudiant.es, pour faire vivre sa formation et ses activités scientifiques. La Présidence AGIR a respecté cet engagement et le budget 2020 vient stabiliser cette tendance. Sur la mandature, le budget de fonctionnement de l’établissement aura ainsi progressé de près de 40%.

Cette augmentation a permis de mieux doter les unités de recherche. Le budget qui leur est consacré augmente en 2020 pour la troisième année consécutive. Depuis 2017, l’accroissement de la dotation des laboratoires aura ainsi été de 27%. C’est là un choix décisif, celui de permettre aux unités de recherche de garantir leurs activités régulières par un financement récurrent suffisant. Si l’Université encourage et accompagne les réponses aux appels à projets en vue de bénéficier de financements complémentaires, elle entend aussi assurer à l’ensemble de ses chercheur.es les moyens de mener à bien des travaux qui ne trouvent pas nécessairement ou pas immédiatement de sources de financement extrabudgétaires. Pour autant, l’établissement encourage les initiatives à travers la consolidation du budget consacré aux appels à projets internes et à l’organisation de manifestations scientifiques.

Le renforcement du fonctionnement permet également de soutenir les initiatives des UFR et instituts. Depuis 2016, les budgets successifs ont permis de mettre en œuvre de nombreux projets portés par les équipes pédagogiques, au service de l’amélioration de l’accueil et de la formation des étudiant.es. Les composantes porteuses de tels projets ont ainsi vu leur budget de fonctionnement augmenter au cours des trois dernières années (jusqu’à + 60%). En 2020 encore, le budget de l’établissement permet de répondre aux besoins exprimés par les composantes pour soutenir les initiatives spécifiques à leurs formations et domaines disciplinaires. Il garantit aussi l’amélioration des conditions d’études et de travail pour tou.tes à travers le financement de projets portés à l’échelle de l’établissement. L’accent a notamment été porté cette année sur l’aide sociale en direction des étudiant.es, les activités culturelles et l’internationalisation des formations.

Investir pour améliorer les conditions de travail et d’études

Le budget 2020 poursuit la politique d’investissement massif de l’établissement, qui nous permet non seulement d’améliorer les conditions d’étude et de travail, mais également de préparer l’avenir. Là où le budget 2017 prévoyait 5,6 millions d’euros d’investissements, le budget 2020 prévoit 21 millions d’euros. Ce ne sont pas seulement les projets de constructions sur le campus Porte des Alpes (Maison des sports, Learning Centre, Maison de la création…) ; ce sont aussi la rénovation du réseau wifi, l’équipement informatique des personnels, la réfection des cours intérieures du campus Berges du Rhône, la rénovation des amphithéâtres et l’équipement progressif des salles de cours (mobilier, audiovisuel, salles informatiques…), la rénovation des équipements sportifs, etc.

Ces opérations sont permises par le renforcement des équipes des services centraux qui possèdent désormais les forces et les compétences techniques adaptées pour mener à bien de tels projets, de manière durable. Elles permettent de développer des biens communs, des équipements qui bénéficient à l’ensemble des personnels et étudiant.es, quelle que soit la composante ou le service dont ils/elles relèvent.

Le budget 2020, et ceux qui l’ont précédé depuis 2016, traduisent des choix politiques qui bénéficient à l’ensemble de l’établissement. Ces orientations ont d’ailleurs été approuvées par la plupart des élu.es, indépendamment de leur liste d’origine : les budgets ont toujours été adoptés à une très large majorité du CA, notamment à l’unanimité des élu.es enseignant.es-chercheur.es (à l’exception d’une voix contre pour le budget 2020). La campagne électorale qui s’ouvre ne doit pas faire oublier cette adhésion commune à des projets qui ont permis, pendant quatre ans, un réel développement de l’Université Lumière Lyon 2.

En dépit d’une dotation (subvention pour charge de service public) et d’un financement moyen par étudiant.e qui restent insuffisants au regard des besoins de l’établissement, les budgets que la Présidence AGIR a proposé ces quatre années ont permis une amélioration sensible des conditions dans lesquelles sont menées les activités de formation, de recherche, de diffusion des savoirs et d’internationalisation de l’université. Nous aurons l’occasion, au cours des semaines qui viennent, de revenir sur l’ensemble des réalisations que cette politique a permises et les transformations profondes qu’elles ont initiées. Nous sommes convaincu.es qu’il faut poursuivre cette politique ambitieuse de soutien à l’activité de l’ensemble des équipes et d’investissement dans l’avenir de l’établissement.

La liste AGIR pour une université démocratique, ouverte et solidaire

Recherche et études doctorales

Au cours du mandat, l’équipe présidentielle a souhaité accroitre notablement l’effort de l’établissement en faveur de la recherche et promouvoir, en concertation étroite avec notre partenaire CNRS, les autres établissements du site, l’Université de Lyon et la MSH Lyon Saint-Etienne, une véritable politique de la recherche en SHS, respectueuse de la grande diversité des disciplines qui fait la richesse et la réputation de notre établissement.

L’internationalisation de la recherche a également été une priorité de même que l’incitation à développer des projets de recherche pluridisciplinaires, qui ont permis d’investir des questionnements transversaux aux SHS mais aussi à l’interface des sciences expérimentales, des sciences du vivant et des sciences de l’ingénieur, ancrés ou non dans des objets du PIA tels que les Labex dans lesquels l’établissement s’est beaucoup investi (IMU, ASLAN, COMOD et CORTEX). L’accent a également été mis sur la science ouverte et sur la valorisation de la recherche sous toutes ses formes, en particulier sur son ouverture à des partenaires non académiques aussi divers que possible, l’enjeu étant de favoriser des formes diverses de retour de la science à la société voir de co-construction des savoirs.

L’Université Lumière Lyon 2 a ainsi soutenu de façon volontariste une recherche fondamentale ou appliquée de grande qualité, en phase avec des orientations nationales qu’elle a aussi cherché à infléchir par sa participation à de nombreuses instances de réflexion dans lesquelles la promotion des SHS constitue un enjeu majeur.

Au cours du mandat, 60 soutenances d’HDR ont eu lieu à l’Université Lumière Lyon 2, dont une bonne partie a concerné des EC extérieur.es à l’établissement, ce qui témoigne de l’attractivité scientifique de notre établissement et du haut niveau de la recherche menée par nos enseignant.es chercheur.es au sein de nos unités de recherche.

Cliquez sur le titre des rubriques pour accéder au détail des actions menées dans chaque domaine.

Des unités de recherche renforcées

Un appui à la recherche plus développé et plus efficace

Formation doctorale

Retour à Bilan AGIR 2016-2020 : détail des actions

Formation

Dans un contexte de réformes accru dès la rentrée 2016, la liste AGIR a dû mettre en œuvre la nouvelle offre de formation (conçue dans le cadre du mandat présidentiel précédent) avec de nombreuses difficultés liées à la soutenabilité des maquettes et des coupes franches effectuées dans les dispositifs de formation (retrait des enseignements d’ouverture, disparition des enseignements de sport, réduction des heures disciplinaires, absence de cadrage effectif des maquettes masters).

Il a été décidé, tout au long de la mandature, de redonner de l’espace aux composantes pour les choix relevant de leurs disciplines, en préservant les formations rares ou peu enseignées, en laissant la place à l’ouverture de nouvelles formations (DU, LP, Master en alternance) tout en mettant en œuvre des réformes importantes qui se sont succédé chaque année (Loi Master et poursuite d’étude en 2016/2017, Loi ORE-Parcoursup en 2017-2018, mise en œuvre de l’arrêté Licence en 2018, réforme des concours de l’enseignement et des masters MEEF et participation à la réforme des études de santé sur l’établissement en 2019-2020).

Dans ce cadre, nous avons aussi entamé l’auto-évaluation des formations et mis en œuvre de larges concertations auprès des équipes pédagogiques pour l’accréditation à venir.

Les délais extrêmement contraints (une réforme par an) auxquels nous avons dû faire face ne nous ont pas empêché de travailler la politique de l’établissement en concertation avec les élu.es des conseils centraux (1 CFVU par mois pendant 4 ans), les composantes (en préservant le dialogue, dans le respect de leurs cultures et spécificités) et nos tutelles (DGESIP, Rectorat), et toujours avec le souci de faire valoir l’accès à l’enseignement supérieur pour tou.tes, en accomplissant nos missions de service public et en permettant aussi aux étudiant.es dans les situations les plus précaires de pouvoir réussir leurs études.

Cliquez sur le titre des rubriques pour accéder au détail des actions menées dans chaque domaine.

Évolution des formations et réussite étudiante

Orientation et insertion professionnelle

Formation en alternance et formation tout au long de la vie

Accompagner les initiatives pédagogiques

Retour à Bilan AGIR 2016-2020 : détail des actions

Vie étudiante

L’une des principales missions de l’université est de permettre à ses étudiant.es d’accéder à des diplômes de qualité et de se préparer à la vie pro­fessionnelle. La vie étudiante occupe dans ce cadre une place essentielle, offrant la possibilité de réussir ses études tout en permettant à chacun.e de se réaliser et de s’impliquer au cœur de la vie des campus. La liste AGIR a œuvré tout au long du mandat pour redonner à la vie étudiante une place de choix. Le bilan de l’équipe sortante était très mince du point de vue du déploiement de l’offre de service ouverte à nos étudiant.es et peu d’entre eux/elles connaissaient les dispositifs auxquels ils/elles pouvaient avoir accès. Au cours du mandat, nous nous sommes attaché.es au développement de la vie des campus au sens large (amélioration du cadre d’étude, décisions budgétaires sur l’aide sociale pour les étudiant.es en grande précarité, amplification des dispositifs de la vie étudiante et animations des campus et des associations étudiantes (forum des associations), réintroduction du sport en bonus qui avait été retiré des maquettes, ouverture d’un Service de santé universitaire). Les projets mis en œuvre ont permis de garantir à nos étudiant.es l’accès à des dispositifs de qualité, plus centrés sur leurs préoccupations actuelles et afin d’améliorer leurs conditions d’études dans un cadre convivial et rénové. Par ailleurs, un gros travail a été mené pour faire de notre établissement une université inclusive et luttant contre les discriminations. Certains de nos dispositifs sont valorisés au niveau national : possibilité de voir reconnu son prénom d’usage, augmentation de + 25% de l’accueil d’étudiant.es en situation de handicap.

Cliquez sur le titre des rubriques pour accéder au détail des actions menées dans chaque domaine.

Améliorer les conditions d’étude et l’accompagnement social et médical des étudiant.es

Permettre aux étudiant.es de s’impliquer dans la vie des campus

Retour à Bilan AGIR 2016-2020 : détail des actions

Vie institutionnelle et représentation de l’université

Cliquez sur le titre des rubriques pour accéder au détail des actions menées dans chaque domaine.

Collégialité et vie démocratique de l’établissement

Université inclusive et lutte contre les discriminations

Un projet commun et une identité mieux affirmée

Une politique de site au service de la formation, de la recherche et de l’innovation

Implication de l’établissement dans des réseaux nationaux et internationaux

Retour à Bilan AGIR 2016-2020 : détail des actions

Emploi, personnels, action sociale et conditions de travail

En matière d’emploi et de politique sociale, le mandat 2016-2020 aura d’abord insisté sur une politique de recrutement volontariste, à l’inverse des incitations contemporaines au “dégraissage de la fonction publique”. Il aura ensuite contribué à la déprécarisation des personnels même si ce chantier de longue haleine doit être poursuivi. Il aura tenté de professionnaliser l’accompagnement de nos personnels via une meilleure prévention des risques professionnels, une montée en puissance de la politique de formation professionnelle, un développement de l’action sociale, une réforme du régime indemnitaire et une meilleure prise en compte des multiples engagements consentis par les personnels envers l’établissement et ses usager.es.

Cliquez sur le titre des rubriques pour accéder au détail des actions menées dans chaque domaine.

Une politique d’emploi volontariste

L’amélioration des conditions de travail et la prévention des risques professionnels

L’accent mis sur la formation et les évolutions de carrière des personnels

Le renforcement de l’action sociale et des activités en direction des personnels

Un régime indemnitaire et un référentiel enseignant revalorisés

Un regard attentif sur les conditions de la « vie quotidienne »

Retour à Bilan AGIR 2016-2020 : détail des actions